Maison sous compromis : ne pas confondre avec le compromis de vente

Maison sous compromis : ne pas confondre avec le compromis de vente

La vente sous compromis est un accord signé entre deux parties dans le cadre de l’acquisition d’un bien immobilier. Bien que très avantageux, il est peu connu par les Français qui ne maîtrisent pas les règles qui le régissent. En quoi consiste la vente sous compromis d’un bien immobilier ?

Que signifie sous compromis ?

La vente sous compromis correspond à une opération immobilière se concrétisant par la cession d’un compromis de vente par l’acheteur d’origine à un autre. Qu’est-ce que le compromis de vente ? La promesse synallagmatique également appelée compromis de vente est un contrat signé entre le vendeur d’une maison et un potentiel acheteur. Il s’agit d’un accord qui atteste de la volonté et de l’engagement d’une part de l’acheteur à acquérir le bien et d’autre part du vendeur, à le vendre.

Comment fonctionne la vente sous compromis ?

Le principe sur lequel repose le fonctionnement d’une commercialisation par compromis de bien immobilier est simple. En amont, tout part d’un acheteur qui signe une promesse de vente dans le but de garantir un bien afin de l’acquérir. Par la suite, il se retrouve dans l’incapacité d’honorer les termes du serment de vente signée avec le vendeur. Comme recours, il a la possibilité de transmettre son compromis de vente à un autre acheteur en utilisant une vente sous compromis.

Quelles conditions pour une vente sous compromis ?

La vente d’une maison par compromis se fait dans des conditions précises. Premièrement, une commercialisation par promesse synallagmatique ne peut se réaliser si le compromis de vente signé entre le premier acheteur et le vendeur a déjà été enregistré par le notaire. Par la suite, la vente par compromis se fait uniquement lorsque l’acquéreur et le vendeur ont intégré une clause de substitution à l’accord signé.

Que faire lorsque la promesse a déjà été enregistrée par un notaire ?

Lorsque la promesse synallagmatique a déjà été enregistrée par un notaire, il est impossible de faire une commercialisation par compromis. Néanmoins, une alternative s’offre à vous. Elle consistera à négocier avec le vendeur. En effet, le vendeur et l’acquéreur de base sont les deux personnes susceptibles de modifier les termes du contrat signé en amont. Par conséquent, même si un notaire a déjà été saisi, en convainquant le vendeur, vous avez une chance de céder votre compromis de vente à un autre acheteur. Autrement, il sera impossible de faire une telle opération.

Est-il possible de négocier le prix lors d’une vente par compromis ?

Une fois la signature de promesses de vente signée entre l’acquéreur d’origine et le vendeur, il est impossible pour le nouvel acheteur de négocier le prix du bien immobilier. Cela dit, il doit nécessairement acquérir l’habitation au prix fixé initialement lors de la signature de l’accord. S’il entame des procédures de négociations de prix, le vendeur peut le traduire en justice.

Comment savoir si une maison est sous compromis ?

Il n’y a pas une marque physique spécifique permettant d’identifier une maison sous compromis. Néanmoins, de façon générale, si l’inscription « à vendre » était apposée sur une telle habitation, il est retiré par le vendeur. De même, une habitation qui a fait objet de la signature d’un compromis de commercialisation ne sera généralement plus recensée et présentée par les services immobiliers.

Quels sont les avantages d’une vente sous compromis ?

Les ventes sur la base de promesses synallagmatiques présentent de nombreux avantages pour le vendeur, et les deux acheteurs.

Le vendeur

Bien qu’il ne soit généralement pas perçu, l’intérêt des ventes sur la base de promesses synallagmatiques pour un vendeur est grand. En effet, en recourant à cette opération commerciale, le vendeur ne sera plus sujet à une perte de vente. En conséquence, il pourra vendre aisément son bien comme convenu au départ. Cela dit, d’une part, il n’a pas à se tracasser pour les procédures de résiliation de baux de promesse synallagmatiques. Ensuite, d’autre part, il n’aura plus à se mettre à la rechercher de nouveaux acquéreurs pour son habitation. La commercialisation par arrangement est donc tout à son actif.

L’acquisiteur d’origine

En cédant son bien à un autre acquisiteur par la vente sur la base de promesses synallagmatiques, l’acquisiteur d’origine sort exempt d’honorer certaines indemnités. En particulier, les dédommagements dus au vendeur pour le non-respect d’engagements pris qui est estimé en moyenne à 10 % du prix convenu pour l’achat de la maison. Mine de rien, ces 10 % peuvent être un montant véritablement élevé, surtout lorsque le bien vendu est cher. Outre cet avantage, dans certains cas exceptionnels, par exemple lorsque le premier acheteur représente un particulier, il peut percevoir de primes non négligeables.

L’acquisiteur final

L’acquisiteur est généralement le plus gros gagnant d’une vente sur la base de promesses synallagmatiques. En effet, il a l’avantage d’acquérir un bien sans faire la moindre négociation. Lorsqu’on évalue les ressources aussi bien temporaires et financières que requiert l’étape de négociation de l’achat d’un bien, on comprend aisément qu’il a fait un gain de temps et d’argent inestimable. Cela dit, il est parfois mieux de négocier soi-même l’achat de son bien.

La vente sous compromis est une opération de vente très intéressante. Elle présente des avantages non négligeables pour les différentes parties prenantes et se fait sous des conditions simples. N’hésitez pas à l’essayer !

Dans la même catégorie